Dans le brouillard

 

                                                         Sa silhouette erre sur ce chemin 
                                                       Instable et sans lendemain.
                                                       La cigarette aux lèvres
                                                       Il avance les yeux gorgés de fièvre.

fog-267978_1280Les arbres dénudés s’inclinent sur son passage
Et tendent l’oreille sur ses pleurs si sages.
L’herbe folle, sous ses pieds,
Ne souffle mot par amitié.

Au loin, le chemin se rétrécit.
Le vent répand un parfum de mélancolie.

Il éteint sa fidèle cigarette.
Il guette ce futur en miette
De ses yeux embrumés 
Par le souvenir de ce rêve effacé

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s