Les murs de la ville (Pierre Reverdy)

pierrereverdy

poème envoyé par PHS et JM

 

La chaîne de feu entoure 

Les yeux au carré où joue au soleil

Les cheveux brûlés

Le jour qui s’éveille

Tout est installé

Le bruit rampe à travers le chemin qui s’enroule

Un oiseau retombe au milieu des échos

La feuille se retourne

La bête s’étonne 

Rien n’est revenu

On parle

Dans le fond au pas qui résonne

Un autre répond et sur le bord du ciel

Au fil de la colline

La forêt qui remue

Et bien plus bas

La ville

Tous les murs des rues

La pierre immobile.

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s